• Poète, écrivain, Lucie Delarue Mardrus est née à Honfleur.

    IMG00072

    IMG00070

    Lucie Delarue-Mardrus fut une grande figure littéraire et artistique de la Belle Epoque et des années folles. Née à Honfleur en 1874, elle se marie fastueusement avec le traducteur des Mille et une nuits, le célèbre docteur Mardrus. Ce dernier lui ouvre les portes du monde littéraire qu'elle séduit rapidement avec des recueils poétiques fameux, Occident, Ferveur, Par vents et marées... Devenue célèbre et même adulée par le monde littéraire parisien, elle diversifie sa production littéraire, écrit des contes, des critiques littéraires et des romans, Le roman des six petites filles, L'Ex voto, Graine au vent... Plus tard, après son divorce, elle peint, sculpte, compose des partitions musicales et des paroles de chansons. Elle meurt en 1945 à Château-Gontier en Mayenne.Musicienne, peintre, sculpteur, écrivain, également scénariste et diariste, cette femme aux multiples talents et aux nombreuses facettes fascine encore aujourd'hui

    http://www.fabula.org/actualites/article23671.php

     

    L'Odeur de mon pays...

    L'odeur de mon pays était dans une pomme.
    Je l'ai mordue avec les yeux fermés du somme,
    Pour me croire debout dans un herbage vert.
    L'herbe haute sentait le soleil et la mer,
    L'ombre des peupliers y allongeaient des raies,
    Et j'entendais le bruit des oiseaux, plein les haies,
    Se mêler au retour des vagues de midi...

    Combien de fois, ainsi, l'automne rousse et verte
    Me vit-elle, au milieu du soleil et, debout,
    Manger, les yeux fermés, la pomme rebondie
    De tes prés, copieuse et forte Normandie ?...
    Ah! je ne guérirai jamais de mon pays!
    N'est-il pas la douceur des feuillages cueillis
    Dans la fraîcheur, la paix et toute l'innocence?

    Et qui donc a jamais guéri de son enfance ?...

    Lucie DELARUE-MARDRUS, Ferveur (1902


    1 commentaire
  • <personnage id="2063974"></personnage>

    Alexandre Dubourg

    Peintre français (Honfleur 1821  – id. 1891).

    <contribution id="2063976"></contribution>IMG00024

    IMG00025

    De famille modeste, il exerce très tôt le métier d'employé de commerce, consacrant ses loisirs à la peinture. Sa rencontre avec le peintre Gustave Hamelin sera décisive puisque celui-ci l'encourage à se rendre à Paris. En 1841, Dubourg y est l'élève de Léon Coignet et fait la connaissance de divers artistes, parmi lesquels Félix Cals, qui le rejoindra plus tard à Honfleur. Mais, de nature modeste, Dubourg ne souhaite pas faire carrière et décide de fuir Paris, lui préférant sa région natale. Il devient professeur de dessin au collège de Pont-Audemer puis à l'école de Honfleur, où il s'installe définitivement tout en continuant à participer aux Salons des Champs-Élysées de la capitale de 1859 à 1889. À partir de cette époque, tous ses tableaux, aquarelles et dessins évoquent la vie de Honfleur dans des compositions discrètes aux tonalités claires, traitées par de petites touches impressionnistes, dans un souci de description et de précision qui n'est pas sans évoquer le style de Corot : scènes de la vie quotidienne et portraits (les Bains de mer à Honfleur, 1869, Honfleur, musée Eugène-Boudin ; Jeune Paysanne au repos, environs de Honfleur, id. ; Marche à Pont-l'Évêque, Pau, musée des Beaux-Arts ; la Fenaison, id.) succèdent ainsi aux marines et aux paysages (Voiliers devant Honfleur, 1887, Honfleur, musée Eugène-Boudin). Ses aquarelles, plus rapides et nerveuses, montrent davantage de liberté dans l'exécution (Plate échouée, id.). À Honfleur, il mène une existence très retirée, consacrant ses seules sorties à la fréquentation de la ferme Saint-Siméon, où il retrouve Cals, Monet et Boudin. C'est avec l'aide de ce dernier qu'il fondera dans sa ville en 1869 un musée de peinture, dont il deviendra le conservateur. La plupart de ses toiles y sont conservées, ainsi qu'au musée du Vieux-Honfleur, aux musées municipaux du Havre, de Fécamp et de Trouville et aux musées des Beaux-Arts de Caen, de Pau et de Rouen. Deux rétrospectives ont été consacrées à Dubourg par le musée de Honfleur en 1970 et 1985.

    Extrait du dictionnaire de la peinture

    march__a_honfleur

    navire_pres_d_un_port

    je_retour_de_peche_a_honfleur

    apres_midi_a_la_plage_de_trouville


    1 commentaire
  • Sa très belle maison est sur le boulevard Charles V

    Paul Elie GERNEZ 1888 - 1948

    IMG00054

    le_paradis1919_

    nu_assis_aux_etoffes_1917

    sur_la_plage_1934

    vue_du_mont_joli

    Et puis moi je boirais bien le jus de pamplemousse de ma mère....

    IMG00058


    1 commentaire
  • plaque_leterreux

    Redimensionnement_de_leterreux_014

    Redimensionnement_de_leterreux_010

    Redimensionnement_de_leterreux_016

    NOTICE BIOGRAPHIQUE

    Gervais Leterreux naît rue Eugène Boudin à Honfleur, le 1er décembre 1930. Son père est le patron d’une entreprise de peinture en bâtiment, et c’est tout naturellement que le jeune garçon manie très tôt pinceaux et couleurs.

    Dans le Honfleur de cette époque, berceau de vrais peintres, Gervais Leterreux a la chance de grandir aux côtés d’Henri de Saint-Delis, voisin de ses parents. En 1945, le vieil artiste devient le professeur de Leterreux et, souvent, ils poseront leurs chevalets côte à côte dans les rues de Honfleur.

    Sur les conseils de son père, Gervais Leterreux entre dans une école d’apprentissage à Douvres-la-Délivrande, puis à l’école de la décoration de Reims où il apprend le métier de décorateur mural et de peintre en lettres.

    C’est un peu plus tard, lors de son service militaire qu’il suivra les cours de l’Ecole des Beaux-Arts de Rouen.

    En 1950, il ouvre une galerie en compagnie de son ami Bernard Loriot. Ils y présentent leurs propres œuvres.

    S’il peint quelques bouquets et quelques natures mortes, Leterreux est avant tout un peintre de paysages qui aime travailler sur le motif.

    « Il n’était pas forcément un peintre de beau temps » dit son fils Frédéric. Et Leterreux, il est vrai, est un artiste tout terrain, aimant la pluie, le vent et surtout la neige.

    Membre fondateur de la Société des Artistes Honfleurais (depuis 1948), Leterreux est également un fidèle du Salon des Artistes Bas-Normands. Il est fait Chevalier dans l’Ordre des Arts et Lettres en 1976. Il s’éteint le 7 mai 2003 à l’hôpital d’Équemauville près de Honfleur.

    Eric LEFEVRE
    Extrait de « Artistes contemporains en Basse-Normandie »
    Conseil Général du Calvados, Direction des Archives Départementales

    Informations et images empruntées au site

    http://www.musee-charles-leandre.fr/expositions-temporaires/gervais-leterreux/


    1 commentaire
  • Dans la cote de Grace, une maison avec une plaque :

    IMG00086

    IMG00085

    Raymond Bigot était un artiste ,(1872/1953), aquareliste et sculpteur sur bois, principalement animalier. Egalement décorateur de grand talent, il se fît remarquer en participant à de nombreuses expositions tant en Europe qu'aux USA.

    Il remporta le prix des ARTS DECO en 1925.

    Son oeuvre est basée sur la peinture animalière, et la sculpture sur bois; elle cible essentiellement des animaux de la basse-cour et animaux à plumes,(rapaces, oiseaux de toutes sortes).Une abondante collection peut être admirée au musée  Boudin d'Honfleur,ainsi qu'au musée André Malraux du Havre.

    Commentaires empruntés au site :

    http://peinturedelasource.over-blog.com/archive-06-2006.html

    457702_1

    275

    grenouille_deux_corneilles

    la_buse

    le_coq_au_panache

    poissons

    visu_prestation1486

    voiliers_sur_le_doubs

    Et puis une fois qu'on est arrivés en haut de la cote, en zoomant un peu, voila ce qu'on voit !

    IMG00088

    On ne peut pas se passer du port...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique