• n'oubliez pas d'aller à Paris , musée Jacquemart André voir l'expostition consacrée au peintre honfleurais Eugène Boudin !  (1824-1898)

    Sans mentir , je pense à lui tous les jours en voyant le ciel sur l'estuaire en passant le pont de normandie.

    moi j'y vais bientot c'est certain ! un honfleurais à la capitale ça ne se rate pas !  allez y avant le 22 juillet date de cloture.

     

    boudin

     

    boudin

     

    boudin

     

    boudin

     

     


    votre commentaire
  • Je vous ai déjà parlé de lui et de ses peintures. C'est mon voisin et j'aime ce qu'il fait. Il expose jusqu'en septembre à la galerie Simon Chaye de Honfleur et voici ce qu'en dit le Ouest France d'hier

     

    Jean Orange

     

     

    Jean Orange expose à la galerie Chaye

     

     

    Plus de 30 toiles sont exposées. C'est la première foisque Jean Orange expose dans ce lieu prestigieux.

    Au programme de l'exposition : un choix de paysages méditerranéens, des natures mortes, des arbres et les gros cargos rouillés... « J'adore la rouille, le fer, déclare l'artiste. Lorsqu'il y a la rouille c'est un camaïeu (peinture dont le dessin principal est d'une seule couleur, NDLR) de couleurs qui donne des nuances merveilleuses et c'est un élément qui me fascine depuis toujours. » Pour le galeriste Barthélemy Chaye, « Jean Orange a une superbe technique, il sait travailler les matières, les formes, les couleurs et sait mettre en avant la lumière, avec des touches graphiques ».

     

    Jean Orange peint depuis 35 ans. Il a d'abord été illustrateur au journal Le Monde avec des dessins à la plume, ceci durant 10 ans, puis s'est lancé dans la peinture. « Je travaille l'acrylique uniquement au rouleau. C'est une technique que je maîtrise à la perfection, car je n'ai jamais vu personne faire comme moi, je ne prends jamais de pinceaux, explique Jean. Pour l'huile j'utilise du papier de journal pour dessiner, une autre méthode qui me permet de réaliser mes grands formats. »

     

    Une oeuvre peut être vendue encadrée ou se suffire à elle-même, c'est selon le goût du client. « Certaines oeuvres encadrées prennent une densité qui achève bien l'oeuvre, 99 % de mes clients aiment la baguette inversée qui propulse vers l'avant le tableau, dit Barthélémy Chaye. Les clients vont souvent acheter au coup de coeur. Certains collectionneurs viennent pour l'artiste avec une idée précise d'acquisition, mais généralement c'est le tableau qui incite l'achat. » Certains achats peuvent être professionnels pour décorer des bureaux, des halls, des accueils d'entreprises. Les grands formats sont très convoités dans ce genre de décoration, mais ce sont surtout des particuliers qui achètent.

     

    Jusqu'en septembre, exposition de Jean Orange, à la galerie Chaye, cour de Roncheville. Tél. 06 14 71 61 86.

     


    1 commentaire
  • Essomericq c'est son nom et c'est le 1er bresilien à venir faire du tourisme en france!!!. il fut rammené à l'age de 15 ans au XVIème siècle  par Binot Paulmier de Gonneville. Il vécu à honfleur jusqu'à ses 95 ans!

    c'est bien sur dans sa rue, rue de l'homme de bois au numéro 23.

    CG me fait préciser que c'est une légende...... peut etre est il tout autre chose.

    essomericq

     

     

    essomericq

     

    essomericq

     

     

    voici un texte ecrit par Pierre Barré qui vous explique la vie de ce honfleurais!!!!!! (merci CG)

     

    la grande époque de l'histoire maritime de HONFLEUR, du XVIème au XVIIIème siècle, BINOT PAULMIER DE GONNEVILLE fut la première figure emblématique de tous les marins honfleurais qui se distinguèrent pendant 300 ans sur toutes les mers du globe.

    Avec une soixantaine de marins Honfleurais, GONNEVILLE quitte HONFLEUR en juin 1503 sur un petit bateau de 100 tonnes, une coque de noix baptisée l'ESPOIR et part à la conquête de l'Atlantique sud.

    Après six mois d'errance dans l'Atlantique, ils atteignirent une côte inconnue que GONNEVILLE baptisera la Côte des Perroquets. Ce n'est que 300 ans plus tard que D'AVEZAC, géographe et historien, situera à coup sûr la Côte des Perroquets au Brésil, entre PORTO ALLEGRE et SAO PAULO, dans la région de SANTA CATARINA.

    GONNEVILLE et ses compagnons resteront à SANTA CATARINA pendant six mois, histoire de rafistoler leur navire et leurs propres carcasses, l'ordinaire du bord ayant du faire un certain nombre de ravage au niveau de leur santé.

    Ils restèrent d'autant plus volontiers, qu'ils reçurent un accueil chaleureux de la part des indigènes de la région. Si bien qu'ils repartirent, non seulement avec un chargement complet de produits agricoles locaux, mais avec le propre fils du chef indien qui les avait accueilli.

    Il était prévu que GONNEVILLE reviendrait a SANTA CATARINA l'année suivante avec ESSOMERICQ puisque tel était le nom du premier indien d'Amérique du Sud a s'embarquer pour la France.

    Ils déjouèrent la méfiance des Portugais sur la route du retour. Ils étaient pratiquement arrivés. Ils avaient réussi ce que personne n'avait tenté à l'exception du Portugais CABRAL, partis avec treize navires et 1200 marins et soldats, à la conquête de l'Atlantique Sud. Ils touchaient au but. C'était miracle que leur méchante coque de noix ait pu résister à deux ans de voyage sur l'immensité de l'Atlantique.

    Mais, à la hauteur des Iles Anglo Normandes, alors qu'il n'était guère qu'à une ou deux journées d'HONFLEUR, GONNEVILLE fut attaqué par le pirate anglais EDOUARD BLUNTH puis par un autre triste sire, qui lui était breton, MOURIS FORTIN.

    Pour sauver la vie de son équipage, GONNEVILLE jeta son navire sur la côte pour leur échapper.

    Si pour la plupart, les Honfleurais purent se tirer d'affaire, navires et chargement étaient perdus ainsi que le précieux journal de bord, qui aurait permis très vite de situer les " terres australes " découvertes par GONNEVILLE.

    C'est à pied que nos découvreurs de nouveaux mondes rentrèrent à HONFLEUR depuis le Cotentin.

    La seule preuve matérielle de leur épopée américaine était la présence parmi les rescapés, d'ESSOMERICQ, le jeune indien âgé d'une quinzaine d'année lors de son arrivée en Normandie.

    Les associés de PAULMIER, ayant perdu leur investissement lors de la catastrophe provoquée par les pirates, refusèrent de remettre la main à la poche pour financer une nouvelle expédition et ramener chez lui le pauvre ESSOMERICQ qui fut ainsi condamné à s'adapter à la vie honfleuraise.

    Il s'adapta si bien d'ailleurs, qu'il y vécu jusqu'à l'âge de 95 ans.

    GONNEVILLE donnera son nom, sa fortune et la main d'une parente à ESSOMERICQ lequel fit 14 enfants à sa femme.

    Une telle progéniture aurait dû assurer à BINOT PAULMIER de GONNEVILLE numéro 2 une descendance prolifique pour plusieurs siècles.

    En fait, le dernier d'entre eux était chanoine de la cathédrale de Lisieux. Il mourut en 1757 et ne laissa bien entendu aucun héritier.


    je n'ai rien trouvé dans le dico de maitre jan . je pense qu il y a une erreur. a Binot paulmier c'est écrit voir à Paulmier. et à Paulmier il n'y a rien sur binot........


    3 commentaires
  • Un nouveau tableau est apparu au grenier à sel...

     

    (pour tout savoir sur ce Kendjy)

     

    gv


    1 commentaire
  • Exposition "collective d'artistes plasticiens" au grenier à sel jusqu'à dimanche  : univers d'artiste 2011. Organisée par l'association Contre Courant. Voilà ce qui est dit derrière le catalogue :

     

    "Perpétuant une tradition qui a vu se succéder à Honfleur les impressionnistes, puis les peintres de l'estuaires, de nombreux artistes ont choisi de vivre et de travailler ici.

    En 2011 la démarche de certains de ces créateurs, refusant le passéisme et la nostalgie, s'inscrit dans le paysage artistique d'aujourd'hui.

    Notre défi est donc de montrer ces oeuvres singulières, exigeantes, parfois dérangeantes ou insolites.

    Or les lieux manquent pour un tel enjeu, voila pourquoi cette galerie éphémère s'ouvre dans un monument prestigieux de la ville, pour permettre au public d'aller à la rencontre d'une création artistique actuelle, implantée sur le territoire légendaire de la cité des peintres, pour permettre aux artistes de confronter leurs univers et de vous transmettre leurs émotions. Tout simplement.

    Le président de l'association Contre Courant Antoine GIAGLIS"

    Voici tous les peintres exposés

     

    gv

     

    gv

     

    gv

     

    Surtout, allez y faire un tour, il y a des choses très belles et surprenantes.

    Vous y verrez entre autre les oeuvres de mon voisin. J'aime vraiment ce qu'il fait.

     

    gv

     

    gv

     

    gv

     

    gv

     

    gv

     

    gv

     

    gv

     

    gv

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique