• Theatre

    Pièce de Zabou Breitman : Des gens. avec Zabou et Marc Citti (super acteur)

    brèves d'hopitaux psy ou de garde à vue. Très bien, beau jeu d'acteurs, belle mise en scène mais génant, je n'aime pas la folie des autres qui pourrait être la mienne!!! On ressort retournés, fatigués, déprimés mais quand même ravis.

    PICT0046

    PICT0049

    Contes de la folie ordinaire

    THEATRE.« Des gens » est une pièce de théâtre mise en scène par et avec Zabou Breitman d'après « Urgences » et « Faits divers » de Raymond Depardon.

     

    C'est une grande figure du théâtre et du cinéma français qui sera demain soir sur la scène du Théâtre de l'Hôtel-de-Ville du Havre. Zabou Breitman a depuis des lustres troqué sa bouille d'animatrice pour enfants pour des registres bien plus sérieux. Comédienne de grand talent, elle s'adonne également avec brio à la réalisation (on se souvient tous de Se souvenir des belles choses en 2002 ou encore de L'Homme de sa vie en 2006). On sait moins en revanche qu'elle a réalisé en 2007 pour la chaîne Arte des courts-métrages dénonçant les violences conjugales. La belle n'ayant pu se prêter aux jeux des questions réponses pour cause d'agenda débordant, on en déduira tout seul que son intérêt pour le documentaire est récurrent. Des gens écrit d'après Urgences et Faits divers de Raymond Depardon confirme cette déduction. Ici, des extraits de ces deux films documentaires, dont l'un a été tourné aux urgences de l'unité psychiatrique de l'Hôtel-Dieu à Paris et l'autre filmé dans un commissariat du Ve arrondissement nous racontent des tranches vie prises sur le vif entre médecins et leurs patients, des policiers et des prévenus.
    Zabou Breitman assure la mise en pièce de la pièce tout en y interprétant tous les rôles principaux féminins aux côtés de Marc Citti qui interprète les personnages masculins.
    « Depuis qu'elle a vu Faits divers en 1983 et Urgences en 1988, Zabou Breitman est habitée par le souvenir de certaines présences », explique la production.

     

    <script language="javascript"></script>

     

    L'œil de la caméra est le témoin de dialogues sur le vif entre des médecins et leurs patients, voire entre des policiers et des prévenus, lors d'arrestations ou d'internements. « C'est pour le moins surprenant, drôle parfois, poignant, souvent marqué par une profonde détresse. »
    Une véritable plongée en apnée au cœur du genre humain. « Ce sont des choses vertigineuses, commente Zabou Breitman. On découvre des gens perdus et qui essaient de s'en sortir, des univers parallèles. À chaque moment, je me dis que ça pourrait aussi être nous… »
    De la à retranscrire pour le théâtre cette réalité filmée dans la vraie vie, il n'y eut qu'un pas. « La réalité du spectacle, c'est que ce n'est pas moi qui montre ces gens, précise Zabou Breitman. C'est moi qui montre Depardon qui montre ces gens. Il y a un discours indirect. C'est intéressant de se souvenir qu'au départ, il y a un documentaire. On ne peut pas occulter la caméra ou le micro qui sont des réalités au moment où ces gens parlent. Et évidemment, pour le spectacle, on se demande quelle est la position du public par rapport à tout cela. Est-il dans la salle d'attente ? »

    extrait du havre presse du mercredi 10 mars 2010  http://www.havre-presse.fr/index.php/cms/13/article/319712/

    « re-pique niqueconcert »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :